Publié par : bouriot | 1 février 2009

Un sou est un sou: mais beaucoup de sous, c’est quoi ?

Les chiffres parlent tant qu’on peut leur faire dire ce qu’on veut entendre. En France, 7 millions de personnes soit plus de 10% de la population vivent sous le seuil de la pauvreté. Pour les uns, comment vivre avec 600, 700 ou 800 euros par mois si ce n’est en se privant et en imposant des privations aux enfants ? Pour d’autres, près de 90% des français ont des revenus dépassant ce même seuil et, par conséquent, selon eux, tout va bien. On a vu récemment les publicités de la Poste afficher une convention de service public pour 90% de la population et quid du sort des 6, 5 millions de  personnes restantes.

600 millions d’euros environ, telles sont les premières estimations de la terrible tempête qui a ravagé le sud-ouest de la France où les habitants nous donnent une magnifique leçon de solidarité naturelle et  efficace en faisant preuve de sérénité et de respect face à la nature avec laquelle nous vivons tous. Certains ont osé dire que c’est « beaucoup d’argent ». Comment peut-on dire cela lorsque dans le même temps valsent les milliards d’euros ou de dollars. 5 milliards par ci et si peu puisque 10% seulement des 50 milliards des pertes Madoff, 20 milliards pour un plan de relance là où pour d’autres il en faudrait 50 dans un pays (la France) dont les caisses, aux dires des dirigeants il y a moins d’un an, étaient totalement vides, que sont 600 millions d’euros  face aux 2200 milliards de dollars en pertes bancaires dues à la crise. Et par dessus tout ça, aujourd’hui même, le groupe pétrolier américain  exon annonce un excédent jamais égalé de 47 milliards de dollars et quand le président Obama doit se fâcher devant le bonus de 20 milliards de dollars que vient de s’attribuer Wall Street.

Quel esprit humain normalement constitué est capable de se faire une représentation  rationnelle de tels chiffres balancés à la louche à la figure des gens qui travaillent tous les jours avec pour horizon le SMIC à 8,71 euros bruts de l’heure quand ce n’est pas, devenus machines à produire des rendements à deux chiffres pour détenteurs de capitaux virtuels eux aussi, quand ce n’est pas donc la porte du pôle emploi, nouveau né des visionnaires autoproclamés avisés.

Alors, un petit calcul de « pieds par terre » :

Si  on estime à 150 000 euros le prix d’un toit pour une famille qui n’aspire qu’à vivre et à élever ses enfants, combien de personnes aurait-on pu loger avec 2 200 000 000 000 d’euros ?

La réponse :  près de 15 000 000 de maisons et 15 millions de maisons permettent (virtuellement bien sûr pour rester aussi sérieux que les valeurs virtuelles) de loger dans de bonnes conditions 50 millions de personnes soit près des ¾ de l’ensemble de la population française.

Ainsi avance un monde où ceux qui marchent dans la tête ont phagocyté avec talent ceux qui avancent la tête dans les  étoiles. Quant à ceux qui ont les pieds par terre, ils sont sommés de payer à la demande et priés de méditer sur ce que serait le monde sans les richissimes à milliards compensés qui veulent, sans pouvoir y participer, le bonheur de la planète et des pauvres conviés à les glorifier en étoiles filantes.

PS : 600 millions d’euros pour le sud ouest de la France représentent moins de 1,50% des pertes Madoff soit peu d’argent pour compenser des dégâts naturels. Les habitants de cette région en mériteraient  sans doute bien plus.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :